Hermine 66 en finale pour le concours international Green solutions Awards !!

59 CHAMPIONS NATIONAUX QUALIFIÉS POUR LA FINALE

Les jurys nationaux et les utilisateurs de Construction21 ont désigné leurs champions pour la finale internationale.
8 quartiers, 9 infrastructures et 42 bâtiments entrent dans la dernière phase des Green Solutions Awards 2017.

Qui seront les gagnants?

Qu’ils viennent d’Autriche, Belgique, Chine, Italie, Espagne, Sénégal, Tanzanie, Brésil, Etats-Unis, France, Allemagne, Maroc ou Luxembourg, les finalistes représentent les solutions les plus inspirantes de leur pays pour un monde plus durable.

Rendez-vous à Bonn pendant la COP23!

Les gagnants internationaux seront récompensés le 15 novembre à Bonn, à la Galerie by WE à l’occasion de la COP23.

Cité du Centenaire

Article complet: https://www.construction21.org/france/city/be/rehabilitation-of-the-cite-du-centenaire-in-montignies-sur-sambre-in-an-eco-district.html

HUGE – maison et petit bureau

​La maison est si bien isolée qu’elle n’a pas besoin de chauffage ni de refroidissement du tout. Les fenêtres plein SUD chauffent les espaces de vie en hiver et des screens nous protègent de la surchauffe en été. Les matériaux sont presque tous naturels, écologiques, renouvelables. Les murs en terre crue nous apportent confort hygrométrique et protection contre les infections respiratoires, le plancher traité à l’huile naturelle et les peintures écologiques nous préservent des produits chimiques. En plus, un peu de technologie bien placée nous permet de vivre zen, comme le système semi-domotique avec un bouton « All-Off » qui éteint toutes les lampes d’un coup, génial quand on doit partir ou avant d’aller dormir.

Article complet : https://www.construction21.org/belgique/case-studies/be/huge-maison-et-petit-bureau.html

L’aile 1000 de la Clinique Saint-Pierre à Ottignies inaugurée

Clinique St-Pierre
Clinique St-Pierre à Ottignies

C’est ce 22 septembre 2017 qu’a été inauguré le nouveau bâtiment administratif de la clinique Saint-Pierre à Ottignies, conçu par ASSAR architects. Implanté devant le complexe existant, le bâtiment crée une nouvelle articulation entre le nouveau parking visiteurs et l’entrée de l’hôpital proprement dite.  Cette extension permet à la clinique de respirer… même si on évoque déjà la construction d’un nouvel hôpital sur un autre site d’ici 15 ans.

Dans le souci d’offrir un service de meilleure qualité à ses patients, la direction de l’hôpital a confié à Assar Architects la conception d’un nouvel immeuble administratif afin de libérer des surfaces supplémentaires pour finalement en améliorer les services de consultation. Le programme rassemble ainsi dans une même entité tous les départements administratifs nécessaires à la bonne gouvernance du complexe hospitalier. Son but est de rapprocher le personnel de gestion et de renforcer les synergies.

Triangle aux angles arrondis

Compte tenu de son implantation entre le parking et l’entrée de hôpital proprement dit, les architectes ont imaginé un immeuble à la blancheur immaculée sur un plan triangulaire, tout en lignes fluides et arrondies pour éviter tout conflit de lecture avec les accès au complexe hospitalier. Le nouvel édifice dispose ainsi d’une double entrée, l’une en relation étroite avec l’hôpital, l’autre en relation avec l’avenue Reine Fabiola.

Au cœur de ce futur bâtiment de 3 niveaux, un hall central sur toute la hauteur distribue de manière conviviale les différents départements administratifs en mettant l’accent sur la transparence et la qualité des échanges entre les personnes. Au rez de chaussée, certaines affectations sont accessibles à des visiteurs externes dont notamment une salle polyvalente destinée par exemple à de petites conférences ou exposés à caractère médical ou scientifique.

Dans le souci de préserver le cadre végétal actuel, la forme du bâtiment assure une intégration paysagère de qualité en transition avec l’amorce du quartier résidentiel voisin.

Ambition environnementale

L’immeuble de bureaux offre près de 3150 m² avec une ambition environnementale très pointue par le choix des matériaux et par ses qualités de faibles consommations énergétiques (critère immeuble passif, châssis bois triple vitrage, protection solaire, lumière naturelle omni présente et parkings ventilés et ouverts sous l’immeuble).

Un nouvel hôpital dans 15 ans ?

Le déménagement de la partie administrative dans un nouveau bâtiment permet de libérer de la place dans le bâtiment principal pour y aménager de nouveaux espaces de consultation. Mais ne résout rien au niveau de la taille des chambres et unités de soins, jugées trop petites. D’où la volonté de construire un nouvel hôpital répondant aux standards d’aujourd’hui et de demain. Wavre, Chaumont-Gistoux et Louvain-la-Neuve sont cités pour accueillir le futur hôpital. A suivre donc.


Source: http://www.architectura.be/fr/actualite/17738/laile-1000-de-la-clinique-saint-pierre-a-ottignies-inauguree?2017%2010%2012

Les écoles durables ne laissent rien au hasard

La nouvelle école Les Trèfles, à Anderlecht, forme une combinaison particulière entre un concept pédagogique, un bâtiment durable et écologique, et une architecture élégante. Le concept du bureau d’architectes Árter, situé à Bruxelles, a d’ailleurs été sélectionné pour l’appel à projets « Bâtiment exemplaire 2012 » de Bruxelles Environnement-IBGE. Pour le revêtement de façade, l’architecte a notamment opté pour les panneaux Rockpanel Chameleon.

 

L’école, conçue pour accueillir 750 élèves de 4 à 12 ans, se compose de quatre structures circulaires imbriquées et d’une salle de sport annexe. Les trois plus grands cercles abritent des locaux, ainsi qu’une cour de récréation en leur centre. Le quatrième, plus haut mais d’un diamètre plus petit, fait office d’entrée et contient les espaces techniques et le logement du concierge. Les différents bâtiments sont reliés par de larges passerelles.

 

Un espace de jeu agrandi

Pour donner à l’école sa forme particulière, Árter s’est inspiré du nom du quartier, Les Trèfles, mais surtout sur des études du professeur japonais Mitsuru Senda. « Il a démontré que les cours de récréation circulaires généraient jusqu’à 20% de mouvements spontanés en plus », explique Patrick Vonck. « De plus, pour une même surface, les cercles présentent 20% de façade en moins. Cela m’a donné la possibilité d’ouvrir littéralement la structure classique de l’école, avec des couloirs fermés, et d’utiliser cette circulation pour créer un espace de jeu supplémentaire. »

 

Une école durable

Mais Árter n’a pas seulement élaboré un concept responsable, le bureau a également conçu une école durable. Avec une consommation d’énergie de seulement 12kWh/m2 par an, on peut pratiquement parler d’un bâtiment passif. Pour parvenir à ce résultat, plusieurs techniques ont été utilisées, comme la récupération de la chaleur, l’utilisation de la lumière naturelle, du quadruple vitrage avec un système pare-soleil intégré, des toitures vertes et la réutilisation de l’eau pluviale. L’impact environnemental des produits sur l’ensemble du cycle de vie a pesé dans la balance pour le choix des matériaux.

Pour le revêtement de façade, Patrick Vonck a notamment opté pour les panneaux Rockpanel Chameleon. D’un point de vue esthétique, les panneaux sont collés sur la façade. « J’ai été agréablement surpris par les changements de couleur en fonction de la position du soleil. Cela m’a permis de renforcer le côté « cyclique » de l’école. De plus, nous avons aussi reçu la certification BREEAM A+. Parallèlement, la construction de la façade des bâtiments à consommation d’énergie ultra-faible doit être soigneusement détaillée. L’architecte et l’entrepreneur doivent pouvoir s’appuyer sur des entreprises capables de garantir les tests, les analyses, les références et l’accompagnement sur le chantier qui s’imposent. »

 

Des panneaux qui se confondent parfaitement aux changements de saison

Selon Patrick Vonck, les panneaux renforcent également l’architecture du bâtiment. « Ils sont ornés d’une couche de pigments cristallisés qui crée un effet surprenant sur la perception de la couleur en fonction de la perspective et de la lumière du soleil. La coloration des panneaux est parfaitement adaptée au changement des saisons et aux potagers plantés autour des cercles. » Grâce à sa finition de qualité, sa flexibilité et sa résistance aux conditions climatiques ainsi qu’à l’humidité, le matériau constitue aussi un support d’information idéal. Les panneaux Rockpanel Chameleon ont été gravés pour assurer la signalétique autour de l’école. Ainsi, aucun traitement spécial n’est requis une fois qu’un texte a été gravé sur le panneau, pas même pour la plaque de base visible. La facilité d’utilisation était également un aspect important pour Thierry Laroy, qui travaille pour l’entrepreneur principal CFE Brabant : « Je n’avais aucune expérience avec les panneaux, mais l’installation n’a posé aucun problème. »

Le résultat est un magnifique complexe qui intègre non seulement des produits Rockpanel Chameleon, mais aussi Rockpanel Natural et Colours. Patrick Vonck a reçu de nombreuses réactions positives avant même la livraison. « Les pouvoirs locaux et les autres directeurs d’écoles sont enthousiastes. Il y a aussi un grand intérêt de la part de la presse et les riverains sont fascinés par la magie des changements de couleurs. Personnellement, le projet me semble très réussi. C’est la combinaison idéale entre le programme cyclique, le concept de durabilité et la matérialisation. Trois aspects qui se renforcent mutuellement », conclut Patrick Vonck.


Source: architectura.be